acting afficheDe: Xavier Durringer

Avec:
Jérémy Lemaire
Frédéric Rubio
J.M. Van Der Haegen / Christophe Servas
Mise en scène : Florent Chauvet
Musique : Christophe Servas.

 


 

Etre ou ne pas être en prison…

Dans une cellule de prison, Robert, un ACTEUR condamné pour meurtre, rejoint Gepetto, un petit escroc, et Horace, son mystérieux codétenu muet et insomniaque… Les liens se nouent entre Robert et Gepetto autour du métier d’acteur.
Dans cette cellule qui va se transformer peu à peu en scène de théâtre, le maître pousse l’élève dans ses ultimes retranchements, au cœur des secrets du métier, et tente ce pari fou : faire de lui le plus grand acteur du monde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Y a même plus la question de savoir si on m’aime ou si j’aime quelqu’un, tout ça s’est envolé mon petit Gepetto, je me sens libéré, j’ai réussi à m’évader de leur monde de con ! » Robert.

Acting de Xavier Durringer, c’est avant tout un texte qui nous a interpellés en tant que comédien, metteur en scène et homme tout simplement. Une écriture brutale, poétique et directe qui résonne immédiatement. Ce qui nous a frappés dans ce texte, c’est la richesse des différentes formes de langage, du dialogue direct, cru et incisif aux discours poétiques et nostalgiques.
Une rencontre drôle et inattendue entre deux univers. On se surprend à rire, à être dérangé par l’image pathétique et cruelle de la relation humaine qui unit trois prisonniers.
Véritable réflexion sur l’art dramatique, Acting entraîne le spectateur dans les rouages du travail de comédien : névroses, doutes, narcissisme, envie… Plus qu’une mise en abîme, Acting comme une vraie leçon de théâtre, permet une réelle introspection sur le métier d’acteur.

« Cette nouvelle pièce marque le retour de Xavier Durringer au théâtre après de nombreuse années consacrées à l’écriture et à la réalisation cinématographique. Avec Acting, il propose une oeuvre singulière où l’espace de la prison devient la scène de l’apprentissage du jeu. La transmission par Robert de son métier d’acteur au petit malfrat inculte qui rêve de devenir une star en constitue l’enjeu principal. Les techniques de l’acteur, travaillées autours du monologue d’Hamlet, prennent ici un relief étonnant. On y retrouve l’efficacité de la langue et des dialogues du scénariste, au service d’une dramaturgie forte et tendue, éminemment théâtrale. »Jean Pierre Engelbach (éditions théâtrales)